Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

Appui aux associations congolaises

Notre organisation a piloté, de janvier 2009 à mai 2012, un consortium d’ONG (Agir Ensemble pour les Droits de l’Homme, le CCFD-Terre solidaire, Christian Aid, Diakonia et Entraide et Fraternité) pour la réalisation d’un programme d’appui à la promotion de l’État de droit et à la défense des droits de l’Homme en République démocratique du Congo.

 

Ce projet entendait contribuer à favoriser en République démocratique du Congo un plus grand respect des droits de l’Homme et des libertés fondamentales ainsi que la construction d’un État de droit et d’une démocratie locale basée sur une bonne gouvernance. Il s’agissait d’accompagner les projets de la société civile sur ces thèmes, tout en renforçant les capacités des associations.

 

20 partenaires locaux, sélectionnés à l’issue d’un appel à projets, ont mis en œuvre leurs activités sur le terrain avec l’appui du bureau du Cosi à Kinshasa.

 

Les actions engagées et les contacts noués dans le cadre du projet ont nourri le plaidoyer de notre association et de ses réseaux concernant la RDC et la région des Grands Lacs auprès de Élysée, de l’Assemblée nationale et du groupe d’experts des Nations unies pour la RDC. A travers ce projet  des rencontres ont pu être organisées entre nos partenaires de terrain et des représentants des institutions françaises ou internationales.

 

Le programme a agit sur trois domaines clés :

Les projets « gouvernance » ont permis de travailler sur les questions liées à l'éducation civique (extrêmement nécessaire au cours de cette période pré-électorale), à la mise en place de lieux d'échange entre les représentants de l’État et la population ou encore sur la thématique de la décentralisation, à laquelle la population congolaise est particulièrement attachée.

 

Les projets liés aux droits des femmes ont été principalement orientés vers la sensibilisation et la promotion des droits des femmes, la prise en charge juridique et psychologique des femmes victimes de violences ainsi que la défense des droits des enfants issus de viols.

 

Les projets soutenus concernant la justice ont souvent ciblé des groupes restreints (populations autochtones notamment) ayant besoin d’un appui précis mais également le renforcement des capacités de comités locaux de défense des droits humains.