Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

En France, l’OFPRA travaille à une meilleure identification des besoins spécifiques des demandeurs d’asile victimes de traite

Depuis septembre 2013 et afin de préparer la transposition des directives européennes du 26 juin 2013 relatives aux Conditions d’accueil et aux Procédures, l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides (OFPRA) a créé cinq groupes de travail thématique dont un sur la traite des êtres humains (TEH).

Chaque groupe apporte son soutien pour adapter la doctrine de l’OFPRA aux nouvelles dispositions légales et à l’examen des demandes d’asile qui recoupent leur domaine d’expertise thématique. Les victimes de traite qui demandent l’asile sont reçues en entretien par des officiers de protection formés ou appuyés par des officiers référents du groupe de travail thématique.

 

Depuis 2015, les interprètes sont également informés et sensibilisés sur la question de la traite. Si cela apparait justifié par le fond de sa demande d’asile, le demandeur peut être auditionné par un officier de protection et un interprète du sexe de son choix.

 

Le groupe « Traite des êtres humains » travaille également à la construction d’un mécanisme d’échanges et de concertation, en lien avec les associations, les partenaires institutionnels et d’autres acteurs pertinents. Ceci contribue à accroître le potentiel de collaboration entre les acteurs concernés afin d’améliorer l’identification des victimes de traite parmi les demandeurs d’asile et de prendre en compte leurs besoins spécifiques tout au long du parcours de demande d’asile.