Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

3 questions à… Maria Dapena Vilarino, représentante du Bureau européen d'appui en matière d'asile (BEA)

Comment est appréhendée la question de la TEH dans votre travail?

Si nous nous centrons sur le lien entre les procédures d’asile et de la TEH, nous pouvons dire tout d’abord qu’il y a deux voies différentes et que leur utilisation varie considérablement selon l’État Membre concerné. C’est pourquoi le BEA travaille sur une harmonisation et une convergence des pratiques à travers l’UE. Nous devons approfondir les liens potentiels entre la protection internationale d’un côté, et la protection et les besoins des victimes de TEH, d’un autre côté.

En termes d’activités sur le terrain, la contribution du BEA est la suivante :

 

Dans tous les cas, il est important de préciser que le BEA travaille et fournit de l’assistance uniquement à la demande des États membres.

 

Cela inclut-il un lien avec la procédure d’asile et si oui comment ?

Tel que je viens de le dire, le BEA travaille à l’harmonisation des pratiques au sein des États Membres de l’UE. En réalité, tous les pays n’ont pas des procédures similaires lorsqu’il s’agit de différencier les victimes des autres bénéficiaires de protection internationale. De plus, les migrants ne reçoivent pas une information suffisante sur les différentes options au moment de leur arrivée, et ce défaut d’information peut porter préjudice à l’ensemble de la procédure.

 

Le principal point à considérer est que les victimes de TEH et les bénéficiaires potentiels de protection internationale correspondent en fait à deux catégories. Quand bien même les victimes de TEH remplieraient les critères permettant de recevoir une protection internationale, cela n’est pas toujours le cas. Dans ce sens, nous devons éviter de créer de « faux réfugiés ». Comme je le disais, tout le monde n’a pas le droit d’obtenir une protection internationale. Malgré cela, il est particulièrement important d’essayer d’offrir aux victimes de TEH une forme de protection qui soit du même niveau que la protection internationale et qui implique les mêmes droits.

 

Considérez-vous que le projet TRACKS: son étude comparative apporte une valeur ajoutée à votre travail? Si oui, en quoi ?

J’ai fait de mon mieux pour assister aux différents évènements du projet TRACKS, mais cela n’a pas toujours été possible. Dans tous les cas, je suis particulièrement satisfaite de l’inclusion de bonnes pratiques dans la méthodologie d’entretien. Personnellement je pense que les professionnels qui mènent des entretiens utilisent déjà une approche centrée sur les victimes mais peut-être pas suffisamment. De plus, j’ai vraiment hâte de découvrir la boîte à outils qui va nous être présentée tout à l’heure à l’issue de la conférence.

 

En ce qui concerne le besoin d’avoir une approche plus centrée sur les besoins spécifiques des victimes, le BEA a mis au point une formation sur les outils relatifs à la TEH et à la protection internationale afin de former les officiers. Plus précisément le Module Traite des êtres humains est composé de deux niveaux :

  1. Le premier niveau propose un contenu de base, dans la mesure où son objectif est de fournir des instruments aux officiers (indicateurs, signes à chercher) afin qu’ils soient capables d’identifier une victime, ou une victime potentielle, de traite.
  2. Le deuxième niveau propose un contenu plus spécifique et spécialisé. Il vise à identifier les victimes de traite qui peuvent aussi être bénéficiaires de protection internationale.

 

Ces deux niveaux se rejoignent ensuite pour aider la personne qui mène l’entretien à prendre une décision.

 

A ce stade il est important de rappeler que différents facteurs peuvent changer le statut d’une personne et ils ne doivent pas être négligés. En fait un migrant peut décider de quitter son pays d’origine pour différentes raisons, et être ensuite victime de traite dans le pays de transit. C’est pourquoi il est important de se regarder les circonstances de chaque personnes pendant l’entretien.

 

EASO Tool for identification of persons with special needs 

EASO Training Curriculm (May 2017)