Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

Les bonnes pratiques de l’OFPRA pour les demandeurs d’asile vulnérables

Depuis 2013, l’OPFRA a de plus en plus pris en compte les demandeurs d’asile ayant des besoins spécifiques, notamment les victimes de traite. Grâce à la création d’un groupe spécifique sur les vulnérabilités, l’entretien des victimes de traite (ou présumées) est effectué par des officier de protection formé ou ayant le soutien d’officiers formés sur ce sujet, et les conditions de l’entretien ainsi que la méthodologie sont adaptées à la situation.

Un second entretien peut également être réalisé afin de mieux établir les craintes de persécutions. De plus, l’OPFRA peut statuer en priorité sur une demande ou reclasser une demande en procédure accélérée vers la procédure normale, accepter une demande du demandeur que l’entretien soit conduit par un officier de protection et un interprète du même sexe, ou d’être accompagné par une association habilitée. Enfin, l’OFPRA peut recevoir des informations provenant d’associations relatives à une possible situation de traite d’un demandeur.