Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

Principes et fonctionnement du programme Accelair

Le programme Accelair est né de plusieurs constats sur l’intégration des réfugiés :

 

 

 

 

 

L’accompagnement de tous les réfugiés

Qu’ils soient hébergés dans le cadre du Dispositif national d’accueil (DNA) ou non, tous les réfugiés peuvent bénéficier d’un accompagnement dans le cadre du programme Accelair.

Les deux conditions d’entrée sont de résider dans le Rhône ou d’être hébergés dans un Centre provisoire d’hébergement (CPH) en Rhône-Alpes, et d’avoir obtenu le statut de réfugié depuis moins de 1 ans.

 

Un principe de territorialisation à l’échelle du département

Accelair s’est construit sur un principe de territorialisation permettant un accueil décentralisé du public, tout en assurant une unité des services rendus à tous. L’objectif était d’améliorer le maillage de l’intervention des différents professionnels de l’insertion sur un territoire commun.

 

Depuis 2008, Alfa3A intervient également dans l’Ain, via le CPH de Miribel.

 

Un projet partenarial

Le programme Accelair est avant tout un projet partenarial : il associe à la fois des partenaires institutionnels (OFII, conseil général, conseil régional, services déconcentrés de l’Etat, etc.) et des partenaires spécialisés dans la prise en charge des réfugiés (Adoma, Aralis, Alfa 3A, etc.).

 

Une plate-forme d’animation départementale, composée de deux comités techniques mensuels, l’un dédié au logement et l’autre à l’emploi et à la formation, rassemble les principaux partenaires.

 

Des prestations pour les réfugiés qui associent les professionnels de l’insertion

Les actions menées dans le cadre du programme Accelair se basent sur le droit existant en matière d’accès/maintien dans le logement et l’emploi. La particularité d’Accelair est de développer des actions spécifiques pour combler les freins à l’accès aux mesures de droit commun, ou de sensibiliser les acteurs locaux et de leur proposer un appui pour une adaptation de leurs actions au public réfugié.

 

La plus-value d’Accelair