Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

Allemagne : la reconnaissance des diplômes et des compétences pour mieux intégrer par l’emploi

Confrontée à une arrivée exceptionnelle de réfugiés depuis 2015, l’Allemagne a choisi une politique volontariste afin de les accueillir, et à plus long terme, de les intégrer. L’une des initiatives développées à ce titre est le Netzwerk Integration durch Qualifizierung (« Réseau Intégration par Qualification », Réseau IQ), née en 2005 dans le cadre d’une réforme de l’immigration. Ce dispositif, qui a pris de l’ampleur au cours des années, est devenu un instrument clé de l’intégration des réfugiés en matière d’emploi.

Ce programme , lancé le Ministère fédéral du Travail et des Affaires sociales (BMAS), est financé par celui-ci – dans un contexte de fort investissement de l’État en matière d’intégration, 4, 1 milliards d’euros pour 2016  - et le Fonds social européen. Comme beaucoup de projets de ce type en Allemagne, le Réseau IQ est piloté à un niveau fédéral, mais géré au niveau local par seize réseaux régionaux (un pour chaque État fédéré) et mis en œuvre par différentes structures.

 

L’action du Réseau IQ comporte trois volets :

 

Ces actions sont menées par le biais d’environ 380 sous-projets orchestrés par différents acteurs qui visent des objectifs spécifiques, chacun rattachés aux volets du Réseau IQ. Ces acteurs étaient en 2016 des associations caritatives ou d’aide sociale (32 %), des entreprises (25 %) et des institutions éducatives, notamment universitaires (15, 5 %).

 

Le Réseau IQ a permis à 87 756 personnes de faire reconnaître leurs diplômes en Allemagne sur la période entre le 1er janvier 2015 et le 30 juin 2017. Il s’agit de personnes disposant compétences, validées par des diplômes étrangers, dans des professions où l’Allemagne connaît une pénurie de main d’œuvre - notamment les professeurs, les médecins, les infirmiers et les ingénieurs. De même, près de 11 000 personnes ont été formées par le deuxième volet du programme sur la même période, et plus de 50 000 personnes ont été touchées par les activités du troisième volet du programme.

 

Le programme s’inscrit dans un contexte où le taux de chômage parmi les personnes immigrées de 25 à 65 ans (7,7% en 2016) est bien plus important que dans le reste de la population (4,1 %). L’Allemagne est par ailleurs confrontée à un important enjeu économique : au début de l’année, Martin Wansleben, le directeur général de l’Association des chambres de commerce et de l’industrie allemande, estimait les besoins de l’économie allemande jusqu’à 760 000 emplois supplémentaires. Dans un contexte où la population active allemande diminue, l’Allemagne pourrait avoir à affronter une pénurie de main d’œuvre dans prochaines années.

 

Comme l’a démontré l’Organisation de développement et coopération économique (OCDE) dans un rapport publié début 2016, la capacité des réfugiés à pleinement contribuer aux économies et au bon fonctionnement des sociétés d’accueil dépend très largement de la qualité des politiques d’intégration, de la rapidité et de l’étendue de leur mise en œuvre (voir notre article de newsletter de février 2016 ). C’est ce qu’a compris l’Allemagne à travers la mise en place de dispositifs comme le Réseau IQ qui devraient permettre de poursuivre et d’amplifier la bonne santé économique du pays.

 

Newsletter de Forum réfugiés-Cosi n°33 - octobre 2017