Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

Journée mondiale du réfugié 2018 : face aux peurs et au repli sur soi, réaffirmer le devoir d’accueil des persécutés

Dans un rapport publié le 19 juin 2018, le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) rappelle que notre époque connaît des déplacements forcés de population sans précédent : 68,5 millions de personnes sont concernées, dont 40 millions de déplacés dans leur propre pays, 25 millions de réfugiés et 3 millions de demandeurs d’asile. Dans ce contexte, la journée mondiale du réfugié célébrée chaque année le 20 juin est l’occasion de rappeler l’impératif de protection auquel sont soumis les États signataires de la Convention de Genève de 1951 relative au statut de réfugié, comme l’impératif humanitaire qui interpelle nos sociétés.

Alors qu’elle devrait en fournir le cadre et la méthode, l’Union européenne peine à répondre à ce défi. Plutôt que d’œuvrer à l’élaboration de politiques d’accueil à la hauteur des besoins de protection et d’assumer leurs responsabilités en matière d’asile, les États membres sont de plus en plus nombreux à mettre en œuvre des politiques dissuasives. L’épisode de l’Aquarius, le bateau affrété par l’association SOS-Méditerranée et qui a récemment secouru 630 personnes que plusieurs États membres ont refusé de voir accoster, est la dernière illustration de cette tendance (voir notre position sur cette situation).

 

Avec 650 970 primo-demandeurs d’asile en 2017 (- 46 % par rapport à 2016), soit une moyenne de 1,3 demandeurs pour mille habitants, l’Union européenne devrait être en capacité d’accueillir, de protéger et d’intégrer les réfugiés. Le HCR rappelle à propos le nombre considérable de réfugiés accueilli par des pays comme la Turquie (3,5 millions de réfugiés accueillis), l’Ouganda (1,4 million), le Pakistan (1,4 million), le Liban (1 million) ou l’Iran (979 400). Le Conseil européen des 28 et 29 juin prochains, qui verra discutée la révision du régime d’asile européen commun, permettra de vérifier si l’Union européenne est à la hauteur de ses engagements pour protéger les personnes fuyant la guerre et la persécution.  

 

Hasard du calendrier, le Sénat examine cette semaine en séance publique le projet de loi asile-immigration. Malgré un nombre record de demandes d’asile en 2017 (73 802 premières demandes hors mineurs accompagnants), la France – 11ème pays d’accueil dans l’UE au regard du nombre de sa population – demeure peu impactée par les arrivées en Europe. Le texte adopté en première lecture par les députés consacre pourtant d’importants reculs pour les droits des personnes (lire notre communiqué de presse du 23 avril 2018 ), si bien que cette loi pourrait marquer un affaiblissement de l’exercice du droit d’asile si des ajustements ne sont pas adoptés par les parlementaires. 

 

Dans la 18ème édition de son État des lieux de l’asile en France et en Europe, publié ce 20 juin 2018, Forum réfugiés-Cosi met en lumière les améliorations nécessaires en matière d’accès à la procédure d’asile comme en matière d’accueil. La création continue de places d’hébergement dédiées aux demandeurs d’asile, qu’il faut saluer, est encore loin de pallier le sous-dimensionnement d’un dispositif national d’accueil qui ne permet d’en héberger que la moitié.

 

Pour les personnes qui obtiennent une protection (43 000 en 2017), l’intégration constitue un enjeu majeur qui semble enfin pris en compte par les pouvoirs publics à la hauteur de son importance, comme en témoigne la stratégie nationale pour l’intégration présentée le 5 juin 2018 par le Premier ministre. Forum réfugiés-Cosi se félicite notamment de la proposition visant à étendre la démarche du programme Accelair (qu’elle a créé dans le Rhône en 2002), dans les autres régions d’ici 2020.

 

Parallèlement à la sortie de son État des lieux de l’asile en France et en Europe, Forum réfugiés-Cosi organise le 20 juin 2017 à Lyon sa 15ème Marche des parapluies. Le parapluie symbolise l’abri et la protection qui doivent être apportés à tous les réfugiés. À travers des animations, des concerts et des rencontres inter-associatives, cet événement veut rappeler l’impératif de protection des réfugiés ainsi que les dynamiques positives d’accueil et de solidarité qui se développent partout en France. Forum réfugiés-Cosi est également partie prenante d’événements organisés le même jour à Aurillac, Marseille et Toulouse.