Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

L’intégration des réfugiés, un enjeu majeur pour 2016

En 2015, 19 447 personnes ont obtenu une protection en France au titre de l’asile. Cela représente un tiers de plus qu’en 2014, une augmentation qui s’explique à la fois par un nombre de demandes plus important mais aussi par un taux global d’accord en hausse (31,4% contre 28% l’année précédente).

Alors que les statistiques de l’asile sont généralement analysées au regard du nombre de demandeurs d’asile, dont découle de nombreux enjeux (instruction des demandes, conditions d’accueil etc.), ces chiffres illustrent également la nécessité de renforcer les politiques d’intégration pour permettre aux bénéficiaires d’une protection internationale de s’insérer au mieux dans la société française.

 

De plus, 2016 sera la première année de mise en œuvre du programme de relocalisation. A ce titre, la France s’est engagée à recevoir 30 783 demandeurs d’asile identifiés en Grèce et en Italie (voir notre article de décembre 2015 sur la relocalisation ) sur deux ans. Environ 15 000 personnes devraient donc être concernées en 2016 – même si seulement une centaine de relocalisés étaient arrivés fin janvier 2016. Les dossiers ayant été préalablement présélectionnés par les institutions françaises, la quasi-totalité de ces personnes devrait bénéficier du statut de réfugié ou du bénéfice de la protection subsidiaire quelques mois après leur arrivée (une circulaire prévoit que leur demande soit instruite dans un délai de quatre mois). Elles viendront s’ajouter aux 15 à 20 000 personnes qui obtiennent chaque année l’asile en France.

 

Au regard de ces données, l’intégration des réfugiés constitue donc un enjeu majeur dès cette année, et pour l’avenir. Bien que ces personnes bénéficient d’un droit au travail et de prestations sociales leur permettant de subvenir à leurs besoins, elles rencontrent de nombreux obstacles pour accéder à un logement et à un emploi. L’accompagnement dans ces domaines est prévu dans la loi, mais les dispositifs dédiés à ce public demeurent limités. A titre d’exemple, il n’existe que 1 636  places en centres provisoires d’hébergement (CPH), le seul dispositif dédié à l’hébergement de ce public, et les rares programmes qui proposent un accompagnent global accueillent un public de plus en plus nombreux. Dans le Rhône par exemple, le nombre de ménages ayant intégré le programme Accelair géré par Forum réfugiés-Cosi a doublé en quatre ans et 1300 adultes ont été accompagnés en 2015.

 

Une large mobilisation est donc nécessaire pour couvrir les besoins immédiats et relever le défi de l’intégration des réfugiés. Aux côtés de l’Etat, compétent en premier lieu en matière d’intégration, plusieurs autres acteurs ont un rôle à jouer. Les communes, qui se sont mobilisées en nombre depuis septembre 2015 pour l’accueil des réfugiés, peuvent agir à plusieurs niveaux (voir notre article de septembre 2015 sur le rôle des communes dans l’intégration) . Les réfugiés dépendent par ailleurs des politiques sociales des Départements, qui peuvent prévoir un accompagnement adapté à ce public. La Région a également un rôle important à travers ses mesures d’aide à la formation des demandeurs d’emploi, qui peuvent inclure par exemple un apprentissage de la langue française. Or les solutions proposées dans ce domaine sont souvent insuffisantes, soit parce que le nombre de places proposées ne couvre pas l’ensemble de la demande, soit parce qu’elles ne correspondent pas aux besoins des réfugiés. D’autres acteurs – Union européenne, fondations etc. - permettent d’expérimenter ou de renforcer de nouveaux modules de formation qui, si les résultats sont positifs, peuvent par la suite être repris par le droit commun. Enfin, les employeurs ont un rôle central dans la définition des compétences qu’ils recherchent afin que les modules de formation soient totalement adaptés et que tout le monde sorte gagnant de l’action.

 

C’est l’ensemble de ces énergies qui devront être mobilisées afin que la protection, en augmentation, soit accompagnée d’une politique à long terme visant à intégrer au mieux ces personnes qui ont vocation à s’installer durablement en France.

 

Newsletter de Forum réfugiés-Cosi n°14 - janvier 2016