Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

L’UE doit agir en soutien d’un processus électoral crédible, ouvert et apaisé en République démocratique du Congo

Le Réseau européen pour l’Afrique centrale (EurAc) dont est membre Forum réfugiés-Cosi, demande, dans un communiqué de presse, à l'Union européenne de participer plus activement à l’organisation d’un processus électoral crédible en République démocratique du Congo.

 

L’Union Européenne (UE) a les capacités de jouer un rôle fort et essentiel afin d’éviter que l’instabilité politique actuelle en République Démocratique du Congo (RDC) ne se détériore et ne se mue en une crise sécuritaire grave nationale et régionale, déclarent le Réseau européen pour l’Afrique Centrale et Open Society European Policy Institute dans un nouveau rapport publié aujourd’hui lors d’une conférence au Parlement Européen, appelant l’UE a apporté plus activement son soutien pour l’organisation d’un processus électoral crédible en RDC.

La RDC est tenue d’organiser des élections législatives et présidentielles en novembre 2016. Pourtant, en cette période pré-électorale, les tensions politiques et sécuritaires se multiplient. Le nouveau rapport “ Elections en péril et crise politique en RDC. L'UE à la hauteur des défis démocratiques et sécuritaires ? ”, analyse la réduction de l’espace démocratique, les tentatives répétées de mettre à mal l’alternance démocratique, la multiplication inquiétante des violations des droits humains en RDC et comment ces développements préoccupants représentent une véritable menace pour l’avènement d’une transition démocratique crédible et pacifique au sein de cette jeune démocratie congolaise. 

 

 « Au vu de l’investissement européen conséquent dans la construction de la paix et le développement en Afrique Centrale, l’UE ne peut se permettre de mettre entre parenthèse son engagement en RDC. C’est la crédibilité même de la diplomatie européenne qui est en jeu. L’UE doit être à nouveau considérée comme un acteur diplomatique de poids, qui soutient activement les principes démocratiques fondamentaux tels que l’organisation d’élections libres et transparentes et l’alternance du pouvoir en RDC », souligne Donatella Rostagno, Directrice du Réseau européen pour l’Afrique Centrale.

 

L’UE, en tant qu’acteur influent en RDC mais aussi dans toute la région des Grands Lacs, doit agir. Le soutien de l’UE à la démocratie et la défense des droits humains représente une part considérable et stratégique de sa politique extérieure. Il est éminemment crucial que l’UE garde ces principes au cœur de ses relations avec la RDC, en favorisant la mise en place d’une communication cohérente entre les États membres et l’Union Européenne d’une part et ces derniers avec les autorités congolaises d’autre part, en construisant par ailleurs une position commune à l’UE afin d’agir et réagir face aux tensions actuelles, et finalement, en renforçant son engagement diplomatique dans le pays.

 

« En tant que premiers partenaires de la RDC et face à cette situation et aux risques qu’elle fait encourir au pays et à la région, l’UE et ses États membres se doivent de prendre leurs responsabilités et soutenir l’organisation d’élections crédibles, libres et transparentes dans ce pays. L’UE doit sans équivoque rejeter un possible troisième mandat brigué par le Président Joseph Kabila et promouvoir au contraire une véritable transition démocratique en RDC » déclare Marta Martinelli, experte des questions Afrique à Open Society European Policy Institute.

 

Crée en 2003, le Réseau européen pour l’Afrique centrale (EurAc) compte 40 organisations membres issues de la société civile de 11 pays européens. Ces organisations travaillent sur et dans la région des Grands lacs. Elles soutiennent des organisations de la société civile au Burundi, en République Démocratique du Congo (RDC) et au Rwanda dans leurs efforts de promotion de la paix, de la défense des droits humains et du développement. Pour plus d’information : http://www.eurac-network.org/