Flux rss actualités
Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

La situation des droits de l’Homme continue de se dégrader en République démocratique du Congo

Après la violente répression qui a accompagné les manifestations contre la loi électorale en janvier (voir l’article publié sur la newsletter du mois de février 2015 ), les autorités ont procédé à de nombreuses arrestations et intimidations depuis le mois de mars.

Lors d’une conférence de presse donnée à la suite d’un atelier d’échanges sur la démocratie participative le week-end du 15 mars, pas moins de 20 militants ont été arrêtés. Parmi eux, des militants sénégalais et burkinabé des mouvements Y’en a marre et Balai citoyen. Si ces derniers ont été rapidement relâchés puis expulsés, certains militants congolais (au moins quatre) sont toujours maintenus en détention dans les locaux de l’Agence nationale de renseignement (ANR), sans inculpation ni droit de visite. Parmi eux figure un militant du jeune mouvement LUCHA, basé à Goma, qui promeut l’engagement citoyen et la participation de la jeunesse à la vie politique. Ses membres et sympathisants se mobilisent chaque jour à Goma depuis ces arrestations, s’attirant ainsi les foudres des services de sécurité : plusieurs d’entre ont également fait l’objet d’arrestations et de mauvais traitements le 17 mars.

 

Le 7 avril, quatre militants ont été arrêtés en marge d’un rassemblement pacifique. Ils sont pour l’heure toujours détenus à la prison centrale de Muzenze à Goma selon le mouvement LUCHA.

 

Newsletter Forum réfugiés-Cosi n°6 - avril 2015