Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

La situation sécuritaire en Afghanistan continue de se dégrader

En France, le nombre de demandes d’asile de ressortissants afghans a augmenté en 2015 de 349,6%, passant de 472 à 2 122. 31e au rang des pays de provenance des demandeurs d’asile en 2014, l’Afghanistan se hissait ainsi au 10e rang en 2015. En 2016, cette augmentation perdure. De plus, l’Afghanistan est le premier pays de provenance des mineurs non accompagnés (ou mineurs isolés étrangers). Pourtant, la couverture médiatique de l’Afghanistan est faible, laissant supposer que depuis le départ des troupes de l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique nord) en 2014, la situation sécuritaire se serait stabilisée… la réalité est toute autre.

Une situation sécuritaire qui se dégrade

En janvier 2016, le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a interrogé sur les îles grecques 400 réfugiés syriens et afghans afin de déterminer leur profil et les raisons de leur départ. 71% des Afghans « ont cité le conflit et la violence en tant que principal motif » de départ de leur pays d’origine. 44% des Afghans avaient par ailleurs un diplôme secondaire ou universitaire. 40% étaient des femmes et des enfants.

 

La situation sécuritaire n’a jamais été aussi catastrophique depuis 2009 en termes de victimes civiles : en 2015, 11 002 personnes ont été tuées ou blessées selon un rapport de l’Organisation des Nations unies . Les femmes et les enfants ont été davantage touchés qu’en 2014, une année qui avait déjà établi un triste record du nombre de victimes. Depuis un peu plus de deux ans, les Taliban ne cessent en effet de progresser sur le terrain et contrôlent totalement ou partiellement de nombreux districts du pays, 84 selon certaines sources.

 

Dans un rapport du 10 juin 2016 , les Nations unies constatent une augmentation des victimes civiles par rapport à 2015, avec 1 943 victimes entre le 1er janvier et le 31 mars 2016, dont 600 morts. Lors de leur « offensive de printemps » lancée en avril 2016, les Taliban ont attaqué 36 centres administratifs de districts. Ils sont ainsi parvenus à reprendre le contrôle de territoires qu’ils avaient précédemment perdus.

 

Par ailleurs, le Mouvement islamique d’Ouzbékistan continue de contrôler certains territoires dans le nord de l’Afghanistan, tandis que l’État islamique est présent dans la province du Khorasan depuis que plusieurs commandants Taliban d’Afghanistan et du Pakistan lui ont prêté allégeance entre fin 2014 et début 2015. En juillet dernier, un attentat visant la minorité hazara a causé la mort de plus de 80 personnes et fait des centaines de blessés en juillet à Kaboul.

 

Les droits humains sont toujours bafoués

Cette situation sécuritaire dramatique vient encore aggraver la situation des droits humains. Les journalistes pris pour cible, la liberté d’expression est en berne. Sous prétexte de lutter contre le terrorisme, les autorités ont recours à la détention d’enfants pour des faits d’atteintes à la sûreté de l’État : au 31 mars 2016, au moins 227 sont détenus selon les Nations unies , certains dans le centre de haute sécurité pour adultes. Les conditions de détentions y sont déplorables.

 

Newsletter Forum réfugiés-Cosi n°21 - septembre 2016