Flux rss actualités
Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

Le HCR et Eurostat publient les statistiques de l’année 2013 sur les demandes d’asile

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a publié ce vendredi 21 mars 2014 son rapport statistique annuel sur les niveaux et tendances de l’asile dans 44 pays industrialisés. L’Union européenne a également rendu publiques le 24 mars 2014, par le biais de l’office statistique Eurostat, des données sur les demandes d’asile dans les 28 Etats membres. 

Les deux rapports constatent une augmentation importante de la demande d’asile : 612 700 individus ont déposé une demande d’asile dans les 44 pays étudiés par le HCR (le plus haut niveau depuis 2001) tandis que 435 000 demandes ont été enregistrées dans l’Union européenne d’après Eurostat (100 000 demandes de plus qu’en 2012).

 

L’Allemagne est le pays ayant enregistré le plus de demandes dans le monde (127 000), devançant les Etats Unis (88 400) qui ont longtemps été le premier pays dans ce domaine. Eurostat constate que l’Allemagne, la France (65 000 demandes), la Suède (54 000), le Royaume Uni (30 000) et l’Italie (28 000) concentraient 70% de tous les demandeurs d’asile enregistrés dans l’Union européenne en 2013. Le rapport HCR relève que la Turquie est le plus important pays d’accueil de réfugiés en Europe du fait de la crise en Syrie (640 889 réfugiés enregistrés en date du 18 mars 2014). En comparaison avec la population de chaque Etat membre, le taux le plus élevé de demandeurs d’asile a été observé en Suède (5 700 demandeurs par million d’habitants) tandis que la France arrive en 10ème position (985 demandeurs par million d’habitants).

 

L’Amérique du Nord se place au deuxième rang parmi les continents pour le nombre de demandes d’asile, avec 98 800 au total. En Asie, le Japon a enregistré 3 300 demandes d’asile et dans la région Pacifique une forte hausse des demandes a été constatée en Australie (15 800 en 2012, 24 300 en 2013).

 

Les trois premiers pays d’origine des demandeurs sont identiques dans l’Union européenne et à l’échelle mondiale : Syrie, Fédération de Russie et Afghanistan. Dans l’Union européenne, où Syriens (50 000 demandes) et Russes (41 000 demandes) représentent près d’un quart des demandeurs d’asile, la Serbie, le Pakistan et le Kosovo complètent la liste des principaux pays d’origine.

 

Les taux de reconnaissance sont extrêmement variables à l’échelle mondiale et tendent à être plus élevés pour les personnes ayant fui un conflit (entre 62 et 95 % d’accords pour les personnes originaires de Syrie, d’Erythrée, d’Iraq, de la Somalie et de l’Afghanistan). Dans l’Union européenne 15% des demandeurs se sont vu octroyer le statut de réfugié, 14 % la protection subsidiaire et 5 % une autorisation de séjour pour des raisons humanitaires, ce qui constitue un taux d’accord en première instance de 34 %.

 

Eurostat indique qu’en France 10 470 des 61 455 décisions de première instance ont été positives ce qui constitue un taux d’accord de 17% contre 26% en Allemagne, 38% au Royaume-Uni et 64% en Italie. Ces taux d'accord sont cependant difficilement comparables, les pays d'origine variant grandement d'un Etat à l'autre, et les statuts accordés n'étant pas de même nature. Si l'on s'en tient au statut de réfugié, le taux d'accord est ainsi de 15 % en France, 14% en l'Allemagne, 34% au Royaume-Uni et 12% en Italie.