Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

Après l’accueil en CAO (303 personnes accueillies en dix jours par Forum réfugiés-Cosi), le retour aux réalités locales

Depuis le 25 octobre, Forum réfugiés-Cosi a accueilli 303 personnes acheminées depuis Calais dans des centres d’accueil et d’orientation (CAO) situés dans le Puy-de-Dôme, le Rhône et le Var. Parmi les sites identifiés courant octobre, comportant au total 429 places, six ont ouvert. Le Centre de Transit du Rhône, dont la vocation depuis presque vingt ans est de répondre dans l’urgence à des besoins d’accueil, a contribué à l’opération à hauteur de 68 prises en charge.

La moitié de ces personnes viennent d’Afghanistan, un quart du Soudan, les autres d’Érythrée ou du Pakistan, marginalement d’Éthiopie, du Yémen et du Bangladesh. Si quelques personnes, qui n’ont pas renoncé à leur projet de se rendre au Royaume-Uni, ont quitté les centres peu après leur arrivée, les autres ont choisi de s’inscrire dans une demande d’asile.

 

Les équipes de Forum réfugiés-Cosi apportent à ces demandeurs d’asile, dont une proportion importante a vocation à se voir accorder une protection internationale, un accompagnement complet sur le site : hébergement, prise en charge socio-sanitaire, accompagnement dans la procédure d’asile, vie collective… Elles le font en lien étroit avec les services de l’État, les élus des communes concernées, les partenaires associatifs, et en s’appuyant sur le concours de nombreux habitants bénévoles.

 

Parmi les personnes accueillies, 69 sont des mineurs non accompagnés. Les deux tiers sont hébergés et accompagnés dans un CAO pour mineurs dans le Var, le temps de l’examen de leur demande de rapprochement familial par le Royaume-Uni, puis de l’organisation de leur prise en charge par l’Aide sociale à l’enfance. Le tiers restant a fait l’objet d’une simple mise à l’abri de quelques jours dans le Rhône, le temps qu’un établissement dédié puisse les accueillir.

 

Depuis la clôture de l’opération de Calais, l’attention s’est portée sur les campements du nord-est de Paris. La répartition sur le territoire national des demandeurs d’asile et des migrants concernés, aux fins de leur procurer l’hébergement et l’accompagnement auxquels ils ont droit, doit tenir compte de la situation prévalant dans les départements.

 

Dans le Rhône, troisième département métropolitain pour le nombre de demandes d’asile enregistrées par l’OFPRA en 2016, la plateforme d’accueil des demandeurs d’asile gérée par Forum réfugiés-Cosi suivait, au 31 octobre 2016, une file active de 2 441 personnes dont 287 mineurs accompagnants, qui n’ont pu être orientés au Guichet unique par l’OFII vers un hébergement dans le dispositif national d’accueil. À cela s’ajoutent les personnes ayant manifesté leur intention de demander l’asile et auxquelles un rendez-vous est donné au Guichet unique, aujourd’hui dans un délai supérieur à un mois, durant lequel la loi ne prévoit rien d’autre que le recours à l’hébergement d’urgence généraliste, déjà au défi de répondre aux situations les plus préoccupantes dans le cadre de la mise à l’abri hivernale.

 

Au total, ce sont 200 familles, soit plus de 650 personnes, dont plus de 300 mineurs accompagnants, qui se trouvent sans solution d’hébergement. Nombre d’entre elles recourent à toutes sortes d’expédients, y compris dans des squats et de petits campements épars.

 

La nécessaire solidarité entre les territoires doit en conséquent s’exercer sans méconnaître les urgences locales, faute de quoi les campements d’ici remplaceront les campements de là.