Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

Conseil européen : pour une Europe accueillante, responsable et solidaire

Le 26 juin prochain, les chefs d’États et de gouvernements européens discuteront à Bruxelles des orientations politiques et stratégiques à prendre en matière d’immigration et d’asile. Forum réfugiés – Cosi les appelle à donner une suite positive aux propositions de la Commission européenne en matière de répartition de l’accueil des demandeurs d’asile et des réfugiés.

La multiplication des drames en Méditerranée et l’augmentation croissante du nombre de migrants rescapés de cette périlleuse traversée – on compte près de 2 000 morts et 100 000 arrivées depuis le début de l’année 2015 – ont mis en lumière les insuffisances du système d’asile européen. L’Agenda européen en matière de migration et ses documents d’accompagnement, publiés en mai par la Commission européenne constituent un panel de mesures utiles pour pallier l’urgence de la situation, ainsi qu’à plus long terme.

 

Forum réfugiés-Cosi salue les orientations de la Commission européenne, qui visent à introduire davantage de solidarité concrète entre les États membres de l’UE, mais aussi entre ces derniers et les États accueillant un grand nombre de réfugiés. Les propositions de répartition des demandeurs d’asile, de relocalisation et de réinstallation vont dans le bon sens. Cependant plusieurs points réclament la vigilance des États pour que soient assurés le respect des droits fondamentaux des demandeurs d’asile et des réfugiés.

 

Primo, les recommandations de la Commission concernant la prise d’empreintes des migrants et des demandeurs d’asile paraissent en contradiction avec certaines dispositions européennes, notamment la directive dite "Procédures". Secundo, la mise en place de centres d’attente ("hotspots") aux points de débarquement en Italie et en Grèce devrait bénéficier de l’appui non seulement du Bureau européen d’appui en matière d’asile, mais encore du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), afin que le besoin de protection soit évalué en conformité avec le droit européen et le droit international.

 

Tertio, si l’implication des pays d’origine et de transit des migrants et des demandeurs d’asile est indispensable, s’agissant notamment du renforcement de leurs systèmes d’asile et de la lutte contre le trafic des migrants et contre la traite des êtres humains, ce sujet ne doit pas focaliser le débat européen. Il faut rappeler que ce n’est pas parce qu’il y a des filières de passeurs qu’il y a des réfugiés : c’est au contraire parce que des réfugiés ne parviennent pas à accéder légalement à un lieu durablement sûr que prospèrent des filières de passeurs. Ainsi Eunavfor Med, l’opération navale de l’UE lancée le 22 juin, ne permettra pas à elle seule de répondre aux multiples enjeux posés par la situation en Méditerranée.

 

C’est pourquoi Forum réfugiés-Cosi appelle les chefs d’États et de gouvernements européens à exercer leur devoir commun de protection en partageant de manière responsable et solidaire l’accueil de celles et ceux qui, ayant dû fuir la guerre et la persécution, cherchent protection sur notre continent.