Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

Hausse de la demande d’asile dans le Rhône : plus de 1 000 demandeurs d’asile hébergés à l’hôtel, 944 personnes sans hébergement.

En 2012, 41 254 personnes ont déposé une première demande d’asile en France. Ce nombre atteint 55 255 en incluant les mineurs accompagnants, soit 6% de plus qu’en 2011. Dans le Rhône, le nombre de demandeurs d’asile a augmenté de 67%, passant de 1 408 en 2011 (hors mineurs accompagnants) à 2 357 en 2012 (3 408 en incluant les mineurs accompagnants). Durant le premier trimestre 2013, 939 nouveaux demandeurs d’asile sont arrivés dans le Rhône (mineurs inclus), contre 372 pour le premier trimestre 2012 (+160%).

Face à ces arrivées, le nombre de places d’hébergement dédiées aux demandeurs d’asile est insuffisant. Des efforts continus auront permis d’ouvrir, au cours de ces trois dernières années, près de 500 places en hébergement d’urgence, portant la capacité totale à 2 400 places dédiées aux demandeurs d’asile dans le Rhône – dont plus de 1 000 personnes à l’hôtel. Forum réfugiés-Cosi continue de construire, en collaboration avec l’État, des solutions d’hébergement complémentaires.

Cependant, la durée de prise en charge pendant l’instruction de la demande d’asile (17 mois en moyenne), les reports de flux d’arrivée dans le Rhône générés par les pratiques de certains préfets de la région et le maintien d’un haut niveau d’arrivées en provenance des Balkans (Albanie en tête) conduisent à la saturation des dispositifs en place.
C’est ainsi que pas moins de 944 personnes sont en attente d’une réponse à leur demande d’hébergement, dont 267 considérées comme prioritaires en raison de leur vulnérabilité (familles avec jeunes enfants, personnes malades ou femmes enceintes).

Gérée par Forum réfugiés-Cosi, la plate-forme d’accueil des demandeurs d’asile de Lyon reçoit chaque jour en moyenne 200 personnes. Si la domiciliation est effectuée sans délai, l’instruction de la demande d’hébergement est différée à quinze jours, et il faut plus de deux mois aujourd’hui aux personnes prioritaires pour bénéficier d’une place qui se libère.
L’exaspération de certains demandeurs d’asile, poussés à bout par l’attente dans des conditions de grand dénuement, parfois trompés dans leur pays d’origine par des agents sans scrupules qui leur ont fait miroiter une prise en charge immédiate à leur arrivée en France, génère des tensions. Des menaces et des actes de violence ont été dirigés contre les salariés de la plate-forme. Ceci a conduit Forum réfugiés-Cosi à interrompre le service durant quelques heures le 24 avril et à faire appel à la force publique le 25.

Dans ce contexte difficile, Forum réfugiés-Cosi, qui s’attache à poursuivre au mieux sa mission d’accueil et d’accompagnement des demandeurs d’asile, rappelle que l’hôtel n’est qu’un pis-aller, pour les demandeurs d’asile comme pour le contribuable, et qu’un retour à une situation normale passe par une régionalisation plus poussée de la gestion de l’hébergement des demandeurs d’asile et une meilleure répartition sur l’ensemble du territoire.