Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

Journée mondiale du réfugié 2016 : plus que jamais, accueillir

Voilà plus d’un quart de siècle (1989) que la France n’avait enregistré un tel nombre de demandes d’asile, avec 74 468 premières demandes en 2015, année qui a vu l’Europe sollicitée par 1,3 million de requérants. Au demeurant, notre pays est relativement peu affecté par l’actuelle « crise des réfugiés » – qui est surtout une crise de la gestion des réfugiés – en comparaison avec d’autres pays européens : si l’on rapporte le nombre de demandeurs à la population nationale, la France se situe au quatorzième rang européen.

Cette augmentation du nombre de demandes de protection en France ne saurait donc déstabiliser un système d’asile que la réforme engagée en 2015 doit améliorer. Des difficultés sont cependant apparues depuis novembre, autrement dit durant la transition entre l’ancien et le nouveau régime de l’asile. Certaines ont eu un impact négatif sérieux pour les demandeurs d’asile.

 

L’année 2015 a également été marquée par une forte augmentation du nombre des décisions de protection (19.500 en 2015, contre moins de 10.000 en 2012, soit un quasi doublement). Cela rend nécessaire le renforcement des moyens qui permettent d’accélérer l’intégration des nouveaux réfugiés, si l’on veut que ceux-ci accèdent à l’emploi et au logement, donc à l’autonomie. Si c’est une question de dignité pour les personnes qui donnent à leur vie un nouveau départ, c’est moins une charge qu’un investissement pour la collectivité nationale qui les accueille. Or cette tendance s’accroîtra dans les années qui viennent avec l’arrivée de demandeurs d’asile « relocalisés » depuis la Grèce et l’Italie ou « réinstallés » depuis des pays de premier accueil comme la Turquie, le Liban et la Jordanie.

 

Les inquiétudes portent surtout sur l’évolution des politiques d’asile de l’Union européenne et de ses États membres. L’accord du 18 mars 2016 entre l’UE et la Turquie constitue un virage alarmant, l’Europe s’en remettant pour l’essentiel, moyennant une contribution financière, aux pays qui assurent déjà la plus grosse part de l’accueil des réfugiés.

 

La Journée mondiale du réfugié est l’occasion de rappeler l’impératif de protection qui résulte des engagements internationaux de la France, de l’Union européenne et de ses États membres, alors que les déplacements forcés de population qui fuient la guerre et la persécution atteignent un niveau record. C’est aussi le moment de témoigner de ce que l’accueil peut avoir de joyeux, de paisible et d’enrichissant pour peu qu’il soit organisé entre les acteurs que sont l’État, les collectivités territoriales, les associations et les citoyens : en affirmant cela, Forum réfugiés-Cosi, ses 235 salariés et ses 250 bénévoles témoignent simplement d’une expérience de plus de trente ans.

 

Pour la 16ème année consécutive, Forum réfugiés-Cosi publie le 20 juin 2016 son Rapport annuel sur l’asile qui constitue une ressource unique en son genre. Il décrit et analyse les conditions d’accueil et de protection observables en France et en Europe, en même temps qu’il donne un aperçu de la situation géopolitique de certains pays d’origine des demandeurs d’asile.

 

Préfacé par Ralph Gruenert, représentant à Paris du Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés, l’ouvrage comporte des contributions de représentants du HCR, du ministère de l’Intérieur, de l’OFPRA, d’organisations européennes et de chercheurs.

 

Forum réfugiés-Cosi organise le même jour 20 juin 2016 à Lyon sa 13ème Marche des parapluies. Le parapluie symbolise l’abri et la protection qui doivent être apportés à tous les réfugiés.

 

Commandez le rapport annuel 2016 de Forum réfugiés-Cosi