Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

L’accueil des réfugiés en Europe : des décisions, enfin

Réunis le 23 septembre, les chefs d’États et de gouvernements des 28 États membres de l’Union européenne ont enfin pris les engagements attendus en matière d’accueil de demandeurs d’asile relocalisés. On déplore cependant l’absence d’ouverture de nouvelles voies d’accès légales pour les personnes ayant besoin d’une protection internationale.

Forum réfugiés-Cosi se réjouit de l’engagement de la majorité des Etats membres de l’Union européenne en faveur de la relocalisation de 120 000 demandeurs d’asile en deux ans, depuis l’Italie et la Grèce, en plus des 32 256 places décidées en juillet dernier.

 

On regrette cependant que le caractère contraignant de la répartition, seule garantie de sa pleine effectivité et de son équité, ait été retiré de la décision finale, la Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie et la Roumanie ayant voté contre.

 

Dans la mise en œuvre des mesures annoncées, le droit d’asile et les droits fondamentaux des personnes qui arrivent chaque jour sur notre continent doivent être scrupuleusement respectés. La mise en service prochaine des centres d’accueil et d’enregistrement ("hotspots") en Italie et en Grèce devra s’accorder aux standards d’accueil et de protection définis dans les directives européennes entrées en vigueur le 20 juillet dernier.

 

L’augmentation des financements destinés aux Agences des Nations unies et aux pays qui accueillent au total plusieurs millions de réfugiés syriens (Liban, Jordanie et Turquie) était indispensable pour que soit assurées les conditions minimales d’existence. C’est la meilleure manière de prévenir les tentatives désespérées de rejoindre l’Europe, faute de trouver un refuge garantissant durablement l’accès aux droits et aux services essentiels dans les pays limitrophes.

 

Pour autant, il ne saurait s’agir d’une stratégie des États européens pour atténuer leurs responsabilités en matière d’accueil et de protection. En cela, l’ouverture de nouvelles voies légales permettant aux personnes ayant besoin d’une protection d’accéder au territoire européen reste plus que jamais nécessaire.