Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

Mardi 20 juin | Journée mondiale du réfugié 2017 : accueillir, protéger, intégrer

Alors que le nombre de personnes en situation de déplacement forcé ne cesse d’augmenter dans le monde – 68,5 millions de personnes mi-2016, dont 21,7 millions de réfugiés -, la journée mondiale du réfugié célébrée chaque année le 20 juin est l’occasion de rappeler l’impératif de protection auquel sont soumis les États signataires de la Convention de Genève de 1951 relative au statut de réfugiés.

À l’échelle de l’Union européenne (UE) le droit d’asile est pourtant malmené. Les instances de l’UE cherchent à freiner les arrivées plutôt qu’à protéger les personnes en quête de protection se présentant à ses frontières. Il est ainsi de plus en plus difficile pour les réfugiés syriens qui sont aujourd’hui plus de 5 millions de trouver un refuge durable sur le territoire européen, suite à l’accord UE-Turquie de mars 2016. Les États membres peinent à mettre en œuvre le programme de relocalisation depuis l’Italie et la Grèce (moins de 20 000 demandeurs d’asile relocalisés pour un objectif de 106 000 d’ici à septembre 2017). Des durcissements de législations nationales sont constatés dans plusieurs pays, et les propositions de révision du régime d’asile européen commun laissent craindre une harmonisation vers le bas.

 

Malgré un nombre record de demandes d’asile en 2016 (63 935 premières demandes hors mineurs accompagnants), la France – 12ème pays d’accueil au regard de sa population nationale – demeure peu impacté par les arrivées en Europe. Pour autant, jamais notre pays n’a protégé tant de personnes : en 2016, l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) et la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) ont ainsi accordé le statut de réfugié ou le bénéfice de la protection subsidiaire à 36 553 personnes.

 

L’augmentation du taux de protection ne doit cependant pas masquer les défaillances persistantes du système d’accueil. Dans son Rapport annuel sur l’asile publié ce 20 juin 2017 pour la 17ème année consécutive, Forum réfugiés-Cosi révèle que moins de 45 % des besoins d’hébergement en matière d’asile sont actuellement couverts. L’augmentation significative du nombre de places depuis 2012 n’a pas permis de résoudre la crise de l’accueil, marquée par une multiplication des dispositifs à côté du modèle des centres d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA) et par l’absence de dispositif pérenne de gestion des crises, les Centres d’accueil et d’orientation (CAO) n’ayant pas vocation à durer dans le format improvisé lors du démantèlement des campements de Calais puis de Paris.

 

Pour les personnes qui obtiennent une protection, l’intégration constitue un enjeu majeur, dont l’acuité commence à être perçu, et qui nécessite un renforcement des dispositifs d’accompagnement et une adaptation des réponses aux parcours et aux profils des réfugiés.

 

Parallèlement à la sortie de son Rapport annuel sur l’asile, qui décrit et analyse les conditions d’accueil et de protection observables en France et en Europe, Forum réfugiés-Cosi organise le 20 juin 2017 à Lyon sa 14ème Marche des parapluies. Le parapluie symbolise l’abri et la protection qui doivent être apportés à tous les réfugiés. Cet événement permet, à travers des animations, des concerts et des rencontres inter-associatives, d’allier mobilisation et moments festifs pour témoigner de ce que l’accueil peut avoir de joyeux, de paisible et d’enrichissant dès lors qu’il est correctement et organisé et porté. Forum réfugiés-Cosi est également associé aux événements organisés pour la journée mondiale du réfugié à Marseille et à Toulouse.

Commandez le rapport annuel 2017 de Forum réfugiés-Cosi

 

Le parapluie blanc symbolise l'abri et la protection qui doivent être garantis par les États signataires de la Convention de Genève à tous les réfugiés. Le parapluie blanc symbolise l'abri et la protection qui doivent être garantis par les États signataires de la Convention de Genève à tous les réfugiés. Le parapluie blanc symbolise l'abri et la protection qui doivent être garantis par les États signataires de la Convention de Genève à tous les réfugiés