Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

L'Agenda européen

L’Agenda européen en matière de migration du 13 mai 2015 décrit les mesures immédiates que l’UE a mises en place pour faire face à la situation exceptionnelle en Méditerranée et aux frontières extérieures de l’UE ainsi que les actions à entreprendre sur le long terme pour mieux gérer les migrations dans tous leurs aspects.

Ce plan d’action repose sur quatre piliers principaux :

 

1- Réduire les incitations à la migration irrégulière : en détachant des officiers de liaison européens spécialistes des migrations auprès des délégations de l’UE dans les pays tiers clés ; en renforçant les prérogatives de Frontex en matière de retour ; en développant des mesures réprimant le trafic de migrants et en s’attaquant au causes profondes de la migration au moyen de la coopération au développement et de l’aide humanitaire.

 

2- Élaborer une politique commune en matière d’asile : en mettant en œuvre le RAEC dans son intégralité ; en évaluant le règlement Dublin III et, le cas échéant en le révisant ; en mettant en place des « initiatives fortes en matière de lutte contre les abus du système d’asile » ; en initiant une réflexion sur la mise en place d’une procédure d’asile unique garantissant l’égalité de traitement des demandeurs d’asile dans toute l’Europe.

 

3-Sauver des vies et assurer la sécurité des frontières extérieures : en renforçant le rôle et les capacités de Frontex ; en renforçant les capacités des pays tiers pour mieux gérer leurs frontières et sauver la vie des « migrants en détresse » et en mettant l’accent sur les « frontières intelligentes ».

 

4- Développer une nouvelle politique en termes de migration légale : en faisant de l’UE une destination attractive pour les migrants, notamment par la modernisation du régime de la carte bleue européenne, la définition de nouvelles priorités pour les politiques d’intégration de l’UE et l’optimisation des avantages de la politique migratoire pour les personnes et les pays d’origine – en diminuant par exemple les coûts des transferts de fonds.