Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

Fonctionnement du droit d'asile au niveau européen

Les pays de l’Union européenne (UE) suivent la tendance générale observée dans les 44 pays industrialisés étudiés dans le rapport statistique 2012 du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Alors que la demande d’asile dans l’UE avait diminué de 55% entre 2001 et 2006, elle était repartie légèrement à la hausse jusqu’en 2009, avait diminué de 3% en 2010, pour finalement enregistrer une hausse de 15% en 2011 avec environ 277 800 demandes.

En 2012, l’augmentation annuelle des demandes d’asile se poursuit mais de façon moins prononcée avec un total de 296 690 demandes déposées en 2012, soit une hausse de 7% par rapport à 2011. L’UE reste donc encore bien loin des 672 385 demandes déposées en 199256 ou des 424 180 demandes en 2001.

 

Cette dynamique globale cache toutefois des disparités importantes d’un État membre à l’autre. Les augmentations les plus fortes ont été constatées en Europe du Nord (Danemark, la Finlande, l’Islande, la Norvège et la Suède), atteignant un total de 62 900 demandes qui correspondent à une hausse de 38% par rapport à 2011. A l’inverse, il est intéressant de mettre en lumière une baisse de 27% des demandes enregistrées en Europe du Sud (l’Albanie, Chypre, l’Espagne, la Grèce, l’Italie, Malte, le Portugal et la Turquie -  total de 48 600).

 

Quelques pays connaissent de fortes augmentations des demandes d’asile, contribuant à la hausse générale au sein du territoire de l’Union européenne. Ainsi, la Pologne a connu une hausse de 80% des demandes et la Slovaquie (bien que ce soit sur des nombres en valeur absolue peu élevés), a enregistré 72% de demandes supplémentaires par rapport à 2011. Dans le même temps, les demandes d’asile ont baissé en Lettonie (-44%), en Belgique (-29%) et en Irlande (-27%).

 

Pour la première fois depuis 2001, l’Allemagne occupe la place de premier pays de destination pour la région européenne, comptabilisant 64 540 demandes (soit une hausse de 41%) et réunissant ainsi 22% des demandeurs d’asile présents dans l’Union européenne. Toujours selon le HCR, la France suit à la deuxième place avec 54 940 demandes, soit une hausse de 5% par rapport à 2011. La Suède occupe la troisième position avec 43 890 demandes reçues dans l’année (+48%).

 

En 2012, les principaux pays d’origine des demandeurs ont été : l’Afghanistan (24 681, soit 8,3% de la demande globale au sein de l’UE), l’ensemble Serbie-Kosovo (21 538, soit 7,3%), la Syrie (21 427, soit 7,2%), la Fédération de Russie (19 823, soit 6,7%), le Pakistan (18 835 soit 6,3%), la Somalie (12 475, soit 4,2%) et l’Iran (11 690 soit 3,9%).

 

Dans certains États membres, une grande proportion des demandeurs d'asile provenait d’un seul pays. Pour ne citer que quelques exemples : à Malte, 60% des demandeurs provenaient de Somalie tandis que  41% des demandeurs d’asile en Hongrie étaient Afghans.

 

Quelques chiffres mondiaux 

Le rapport « Global trends 2012 » du Haut-commissariat des Nation-unis pour les réfugiés (HCR) indique qu’en 2012, sur les 45,2 millions de personnes déplacés dans le monde à la fin 2012, 15.4 millions sont des réfugiés (dont 4.9 millions de Palestiniens enregistrés par UNRWA) et  28.8 millions sont des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays.

Les deux premiers pays d’accueil des réfugiés en 2012 étaient le Pakistan (1.6 millions) et la République Islamique d’Iran (868 200).  

Plus de 55% de tous les réfugiés dans le monde provenaient de cinq pays d’origine: l’Afghanistan, la Somalie, l’Irak, la Syrie et le Soudan.