Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

La protection dans les pays d'origine

La majeure partie des réfugiés dans le monde trouve refuge dans leur région d’origine, la plupart du temps dans un pays frontalier de leur Etat d’origine. Afin de limiter les mouvements secondaires et de renforcer l’apparition de solutions durables sur place, l’UE a développé une politique de soutien afin que ces Etats assurent aux réfugiés une existence conforme aux normes internationales. L’objectif est de renforcer leurs capacités juridiques et administratives, ainsi que d’assurer un meilleur respect des droits de l'Homme et de l'État de droit. Concrètement, la Commission recommande un traitement plus efficace des demandes d'asile et une meilleure intégration des demandeurs dans les pays tiers de la région d'origine.

Ce soutien s’est d’abord fait à travers un programme d'assistance technique et financière en faveur de pays tiers dans le domaine des migrations et de l'asile (AENEAS). Cet instrument financier permettait en effet aux États membres, aux pays tiers, aux organisations internationales et aux ONG de mettre en œuvre des projets de renforcement des capacités de protection des réfugiés dans les pays de leur région d'origine. Il a été remplacé en 2007 par le Programme thématique de coopération avec les pays tiers dans le domaine des migrations et de l'asile.

 

L’UE a identifié deux régions qui reçoivent un soutien prioritaire de sa part dans les deux domaines présentés ci-dessus. Il s’agit de l’Afrique des Grands Lacs (Tanzanie notamment) et de l’Europe de l’Est (Biélorussie, Ukraine et Moldavie notamment).

 

Une évaluation de ces programmes de protection pilotes a été menée en 2008/2009 mais la présentation de ses résultats a été repoussée à plusieurs reprises.