Partager : Google+ Facebook Twitter del.icio.us

Ce témoignage est paru dans le Journal de Forum réfugiés n°41.

Bizman, est un jeune rwandais qui a dû fuir les suites encore vives du génocide qu’a vécu son pays il y a un peu plus de dix ans.

Persécuté du fait de sa double appartenance ethnique, Bizman a quitté le Rwanda en février 2004 et a traversé l’Afrique. D’abord le Congo puis l’Ouganda, la Tanzanie et Zanzibar, les Comores et enfin Mayotte où il est arrivé au mois de septembre cette même année. Dans chacun de ces pays, Bizman qui n’avait pas de visa ni l’argent nécessaire pour s’installer, a travaillé et s’est déplacé en fonction des nécessités et des opportunités sans savoir à l’avance où il s’arrêterait. Chacun de ses périples a comporté son lot de dangers mais le plus effrayant pour lui aura été la traversée de nuit dans une embarcation de fortune entre les Comores et Mayotte

 

Bizman raconte que des dizaines d’embarcations conçues pour cinq et transportant plus de trente personnes dans la même situation que lui, quittent quotidiennement les Comores sans certitude d’arriver à bon port. La nuit de son arrivée la barque qui les suivait a coulé, faisant des dizaines de morts.

 

Arrivé depuis quelques semaines, Bizman pensait rester sur l’île de manière clandestine comme beaucoup d’autres. Ce sont des policiers qui, à Mayotte, lors d’un contrôle d’identité l’ont orienté sur une procédure de demande d’asile dont il ignorait tout, après qu’il leur ait raconté son histoire. Un ami l’a aidé à remplir son dossier OFPRA.

 

Bien que territoire français, Mayotte ne dispose pas de centres d’accueil du Dispositif national d’accueil des demandeurs d’asile et réfugiés. C’est la solidarité locale qui lui permettra, comme beaucoup d’autres, de se nourrir et de se loger. Seule la Croix Rouge fournit une aide alimentaire hebdomadaire aux plus nécessiteux.

 

Bizman a été auditionné par l’Office Français de protection des réfugiés et apatrides à Mayotte lors de la mission de ce dernier en juillet 2006. Reconnu réfugié quelques semaines après son entretien, il a ensuite cherché un emploi à Mayotte, sans succès. Handicapé physique, il pense que cela constitue un frein important à sa recherche d’emploi, surtout à Mayotte où le taux de chômage était de plus de 25% lors du dernier recensement (sources INSEE 2002). Hébergé plus de trois ans par une famille mahoraise, il se sent trop redevable pour continuer ainsi. En concertation avec ses hôtes, il décide de venir à Lyon où un ami pourra l’accueillir temporairement. La communauté mahoraise du village de Grande Terre qui l’a accueilli se cotise alors pour lui payer un billet d’avion.

 

Aujourd’hui, trois mois après son arrivée et trois ans après son départ du Rwanda, Bizman est hébergé par Forum réfugiés et commence une formation qui l’aidera certainement à trouver un emploi et redevenir autonome.