Fidèle à ses valeurs de promotion et de défense partout dans le monde des droits de l’Homme, de l’Etat de droit, de la démocratie et de la bonne gouvernance, l’action internationale représente un élément identitaire fondamental de Forum réfugiés – Cosi. En s’engageant en faveur des droits des personnes vulnérables dans certains pays d’origine ou de transit, l’organisation souhaite améliorer, d’un bout à l’autre des routes de l’exil, sa connaissance des contextes locaux et par la même sa compréhension des motifs d’exil ainsi que des parcours de migrations.

3 axes d'intervention

Accompagnement et défense des droits des personnes

en besoin de protection internationale dans les pays d’origine ou de transit

Soutien à des organisations de la société civile

engagées en faveur de la promotion, de la protection ou de la défense des droits des populations vulnérables

Plaidoyer international,

nourri de ses actions de terrain, à travers son statut d’observateur au conseil économique et social des Nations unies, ou de sa participation au réseau européen pour l’Afrique centrale (EurAC)

Nos actions

2017 (en cours)
Liban Missions exploratoires et partenariat avec le Centre Libanais pour les Droits Humains Liban
2017 (en cours) Liban Missions exploratoires et partenariat avec le Centre Libanais pour les Droits Humains Liban

Contexte 

Le Liban n’est pas partie de la Convention de 1951 relative au statut de réfugiés, mais accueille 1,5 million de réfugiés, principalement syriens, sur son territoire. Ceux-ci composent un groupe de population fortement vulnérable. Une part importante des réfugiés syriens a potentiellement été victime de torture et/ou mauvais traitements dans leur pays d’origine. Plusieurs rapports d’organisations internationales font état de la pratique systématique de la torture dans les centres de détention en Syrie. Les réfugiés peuvent également être victimes de torture et mauvais traitement une fois au Liban.

La prise en charge psychologique des réfugiés syriens victimes de torture et de violences demeure un enjeu sanitaire et social important pour les associations libanaises. Cette réhabilitation est rendue difficile d’une part du fait de la violence du contexte syrien et des traumatismes vécus, mais aussi du fait de la précarité de la situation de cette population.

Des rencontres entre représentants de Forum réfugiés –Cosi et du Centre Libanais pour les Droits Humains (CLDH) entre 2017 et 2018 ont posé les bases d’une collaboration entre les deux organisations autour d’un projet de prise en charge psychologique des réfugiés victimes de torture et de mauvais traitements.

 

Activités réalisées 

  • Mission / échanges d’expérience
  • Prise en charge d’un accompagnement multidimensionnel (thérapeutique, social, juridique)

Partenaires

Centre Libanais pour les Droits Humains (CLDH)

 

Objectifs 

 Favoriser l’échange entre centres de santé mentale français et libanais sur la prise en charge de réfugiés victimes de torture et mauvais traitements

 

Résultats 

Prise en charge thérapeutiques de 100 personnes souffrant de traumatismes causés par des actes de violence et de torture dont 65 réfugiés syriens, 9 réfugiés palestiniens, 5 apatrides.

 

Réalisé avec le soutien de 

Région Auvergne Rhône-Alpes

Niger Conseil et accompagnement pour un accueil sécurisé à la protection
2017 (en cours) Niger Conseil et accompagnement pour un accueil sécurisé à la protection

Contexte 

Le Niger est traditionnellement un pays de transit pour les ressortissants d'Afrique de l'Ouest migrant vers la Libye et l'Algérie. Ce mouvement s’est accentué au cours des dernières années sous l’effet de la croissance démographique, de l’insécurité alimentaire et des crises géopolitiques dans la sous-région. Directement concerné par les importants déplacements de population engendrés par le conflit au Mali et les violences au Nord du Nigéria, le pays est aujourd’hui confronté à un afflux de réfugiés, de déplacés internes et à un flux croissant de migration mixte.

En partenariat avec le HCR, Forum Réfugiés – Cosi met en œuvre au Niger un projet visant à favoriser l’accès à des pays tiers par des voies complémentaires légales et sûres pour des personnes sous protection internationale en transit sur le territoire nigérien. Cette démarche s’inscrit en complémentarité avec les trois solutions déjà proposées par le HCR aux réfugiés : le retour volontaire, l’intégration locale ou la réinstallation dans un pays tiers. 

Alors que la réinstallation est une solution durable et protectrice pour les réfugiés vulnérables sans perspective d’intégration dans le premier pays d’accueil, elle ne doit pas être le seul moyen envisagé. Le développement de voies complémentaires légales et sûres inclut :

  • la réunification familiale pour la famille nucléaire
  • l’accès sur critère familial élargi
  • la mobilité étudiante par la délivrance de visa étudiant
  • le développement de bourses universitaires
  • les programmes de parrainage privé
  • la délivrance de visas humanitaires.

Activités réalisées 

Accueil et accompagnement des personnes sous protection internationale nécessitant une prise en charge hors du territoire nigérien

Animation d’un groupe de travail international sur les voies complémentaires en collaboration avec des organisations internationales, des organisations de la société civile, des acteurs du secteur privé et des acteurs institutionnels

Plaidoyer international

 

Objectifs

  • Accompagner les réfugiés dans l’accès à des voies complémentaires ;
  • Promouvoir les voies complémentaires et renforcer le travail en réseau au niveau international;
  • Apporter un appui technique à l’ensemble des parties prenantes mobilisées sur des programmes de réinstallation ou dans la recherche et la mise en pratique de voies légales et sûres : HCR, ONG, opérateurs d’accueil, pouvoirs publics des pays d’accueil...

 

Résultats 

 

Réalisé avec le soutien de

Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR)

République Démocratique du Congo Projet AJUST : Appui aux initiatives locales pour l’accès à la justice des victimes de violences sexuelles à l’Est de la RDC
2016 - 2018
2016 - 2018 République Démocratique du Congo Projet AJUST : Appui aux initiatives locales pour l’accès à la justice des victimes de violences sexuelles à l’Est de la RDC

Contexte

Depuis plus de deux décennies, l’Est de la RDC est en proie à de multiples conflits aux conséquences douloureuses pour la population civile : massacres, pillages, déplacements massifs de population, violences sexuelles.

Engagés dans la lutte contre les violences sexuelles depuis plusieurs années, les partenaires de Forum réfugiés-Cosi ont manifesté leur besoin d’un soutien accru dans ce domaine afin de permettre un réel changement dans la lutte contre l’impunité de ces crimes et faciliter les possibilités d’accès aux droits pour les victimes.

Activités réalisées

  • Conseils et assistance juridique de victimes de violences sexuelles
  • Organisation de chambres foraines
  • Formations
  • Sensibilisation
  • Plaidoyer

 

Partenaires

AMCAV, Groupe Lotus, PAIF, SOFEPADI

 

Objectifs 

Améliorer l’accès à une justice équitable pour les victimes de violences sexuelles en contribuant à développer significativement les actions judiciaires et l’exécution des peines prononcées à l’encontre des auteurs de violences sexuelles.

Dans ce cadre, le projet AJUST entendait :

  • faciliter l’accès à la justice des victimes de violences sexuelles et lutter contre l’impunité ;
  • renforcer les capacités des associations locales et le partage d’expérience ;
  • coordonner les actions de monitoring et de plaidoyer

 

Résultats

  • 132 dossiers accompagnés en justice
  • 65 verdicts prononcés
  • 210 professionnels formés

 

Réalisé avec le soutien de 

Agence Française de Développement, Fondation de France, Fonds de dotation Barreau de Paris Solidarité

2013
République Démocratique du Congo Projet d’appui à l’organisation de chambres foraines dans la province du Sud Kivu
2013 République Démocratique du Congo Projet d’appui à l’organisation de chambres foraines dans la province du Sud Kivu

Contexte

Ce projet a été présenté dans le contexte de crise sécuritaire que connaissait le Sud Kivu en 2012, suite à la suspension de l’opération « Amani Kamilifu » (la paix renforcée) menée conjointement par la MONUSCO et les Forces armées de la RDC (FARDC). Les arrestations arbitraires, violences, viols, pillages, travaux forcées connaissait une forte augmentation.

L’impunité dont jouissaient les groupes armés, militaires et représentants de la police nationale constituait un facteur important de persistance et de multiplication des violences et exactions.

Différents rapports des organisations de défense des droits de l’Homme tant nationales qu’internationales dénonçaient l’impunité des crimes graves commis par ces groupes armés et par certains militaires FARDC sur la population civile

La distance pour se rendre à la juridiction la plus proche et les frais induits par un procès décourageaient les victimes à engager des poursuites contre leurs agresseurs. La justice congolaise, confrontée à de grandes difficultés - tant financières que logistiques – n’était pas en mesure de couvrir l’ensemble des territoires

 

Activités réalisées

Organisation de deux chambres foraines à Makobola (territoire d’Uvira) et Nyangezi (territoire de Walungu) en collaboration avec le tribunal militaire de garnison d’Uvira

Partenaires

Union des Chrétiens pour le Progrès et les Droits de l’Homme

 

Objectifs

Organiser la tenue de deux chambres foraines (tribunaux itinérants) dans le Sud-Kivu pour y juger des exactions et crimes commis par les militaires, policiers ou autres groupes armés

 

Résultats

  • 14 dossiers instruits
  • 16 victimes accompagnées
  • 13 jugements rendus
  • 14 personnes condamnées
  • 1 prévenu acquitté
  • 12 victimes dédommagées

 

Réalisé avec le soutien de

Ambassade de France en République Démocratique du Congo

 
Albanie Mission exploratoire
2013 Albanie Mission exploratoire

Contexte

En 2012, l’Albanie constituait, tous pays confondus, le 1er pays d’origine des demandeurs d’asile dans le Rhône. Ayant constaté une augmentation importante des arrivées en provenance d’Albanie, Forum réfugiés – Cosi a effectué une mission dans le pays en avril 2013.

Cette mission avait pour objectif de mieux comprendre le contexte politique et la situation qui prévalait concernant les droits de l’Homme et les libertés en Albanie afin d’améliorer la qualité de l’accompagnement des demandeurs d’asile en France. Il s’agissait également, sur un plus long terme, d’identifier des acteurs locaux susceptibles de fournir, à l’avenir, une information fiable sur le contexte géopolitique du pays et de développer nos ressources en information sur les pays d’origine. Enfin, la mission avait pour but de rencontrer et d’identifier les ONG avec lesquelles des partenariats pourraient être établis dans le domaine de la promotion et de la défense des droits de l’Homme, et le renforcement de l’État de droit en Albanie.

Arménie Mission exploratoire
2012
2012 Arménie Mission exploratoire

Contexte 

En 2012, l’Arménie représentait le troisième pays d’origine des demandeurs d’asile en France. La mission réalisée par Forum réfugiés – Cosi poursuivait deux objectifs :

  • Améliorer la prise en charge des demandeurs d’asile par l’organisation en France, grâce à une connaissance approfondie du contexte et une meilleure compréhension des situations requérant une protection internationale ;
  • Accompagner la réflexion de certaines collectivités territoriales autour de la prise en compte des droits dans leurs actions de coopération décentralisée avec l’Arménie dans le cadre du projet « Plateforme coopération décentralisée – Etat de droit ».
2011
République Démocratique du Congo Observation électorale
2011 République Démocratique du Congo Observation électorale

Contexte

L'association a participé à deux reprises, en 2006 et 2011 aux opérations d'observation électorale en République démocratique du Congo.

Par sa présence sur le terrain en ces moments important de l’histoire de la RDC, elle a contribué au renforcement de la société civile locale comme acteur de la construction démocratique.

 

Activités réalisées

Le 28 novembre 2011, la République démocratique du Congo a organisé son deuxième cycle d’élections présidentielle et législative. Les acteurs de la société civile française œuvrant en République démocratique du Congo ont renouvelé leur engagement aux côtés de leurs homologues de la société civile congolaise en dépêchant une mission d’observation électorale. Cette mission s’est déroulée du 21 novembre au 2 décembre 2011.

Composée de 16 personnes venant du monde associatif (Forum réfugiés-Cosi, Secours catholique, CCFD-Terre Solidaire) la délégation de la société civile française, unie au sein du Réseau France Afrique Centrale (RéFAC) a intégré une délégation de la société civile européenne coordonnée par le Réseau des ONG européennes pour le plaidoyer sur l’Afrique Centrale (EurAC). La formation et le déploiement des observateurs ont été organisés en étroite collaboration avec la plate-forme de la société civile congolaise, Agir pour les Élections transparentes et Apaisées (AETA).

Les membres de la mission ont dénoncé les nombreuses irrégularités et violences qui ont entaché ce processus électoral.

Partenaires

Agir pour les Elections Transparentes et Apaisées (AETA)

  

Réalisé avec le soutien 

Réseau Européen pour l’Afrique Centrale (EurAC)

France Plateforme coopération décentralisée – Etat de droit
2007 - 2015
2007 - 2015 France Plateforme coopération décentralisée – Etat de droit

Contexte 

Les collectivités locales se situent au carrefour entre l’accès aux droits des populations et la gouvernance locale démocratique. Une position originale qui en fait des acteurs innovants en matière de promotion des droits de l’Homme.

L’État de droit est souvent considéré comme relevant de la coopération d’État à État, et la défense des droits de l’Homme, de l’action des ONG. Entre les deux, la mise en œuvre de projets de développement nécessite, pour agir durablement en faveur des populations, et spécialement des plus vulnérables, de s’impliquer dans les modes de gouvernance locale.

En favorisant l’accès aux services essentiels (eau, assainissement, habitat, santé, éducation), en renforçant les capacités en matière de gestion de l’état civil, du foncier, de la fiscalité locale, de la police municipale…, la coopération décentralisée entre de plain-pied dans la promotion des droits.

Forum réfugiés-Cosi a élaboré une méthodologie afin d’accompagner les collectivités territoriales dans leurs démarches et favoriser la prise en compte des questions d’État de droit, de gouvernance démocratique et d’accès aux droits dans les projets de coopération décentralisée.

Objectifs

Accompagner les collectivités territoriales vers une meilleure prise en compte des droits de l’Homme, de l’Etat de droit et de la gouvernance locale démocratique dans leurs partenariats et leurs projets de coopération décentralisée.

Activités réalisées

  • Animation d’un groupe de travail composé de collectivités territoriales et d’organisations de la société civile
  • Diagnostic de projets de coopération décentralisée au regard de l’accès aux droits et à la gouvernance locale démocratique
  • Publication d’un vade-mecum - coopération internationale : des collectivités locales s’engagent pour renforcer l’État de droit
  • Conception et diffusion d’un kit méthodologique à destination des collectivités locales

S'inscrire à notre newsletter S'inscrire